Vague de cyberattaques lors des élections législatives russes LEMONDE.FR | 06.12.11 | 13h40

Les élections législatives russes, qui se sont tenues dimanche 4 décembre, ont été marquées par une série d’attaques informatiques, déplore l’ONG Reporters sans frontières (RSF). Dans une note publiée lundi, RSF détaille « les nombreux cas de censure qui ont marqué les élections ».

Attaques de déni de service, visant les plateformes de blogs les plus populaires dans le pays, interpellations de journalistes et de blogueurs identifiés comme critiques du pouvoir, les cas relevés par Reporters sans frontières sont nombreux.« Alors que la plupart des médias traditionnels, notamment les chaînes de télévision, sont sous la coupe du Kremlin, les véritables discussions politiques ne peuvent se tenir qu’en ligne », indique l’organisation.

LiveJournal, plateforme notamment utilisée par des blogueurs incriminant lepouvoir, était inaccessible à partir du 1er décembre, à cause d’une série d’attaques par déni de service, qui consiste à inonder les serveurs de requêtes jusqu’à saturation.

DES SITES D’INFORMATION ET DES ONG ÉGALEMENT VISÉES

Plusieurs sites de médias indépendants ont également été visés, comme le celui de la radio Echo de Moscou, du quotidien Kommersant, ou du site d’information indépendante de Saint-Pétersbourg Lenizdat. Le site de l’ONG Golos, chargée desurveiller les élections russes, demeure inacessible mardi matin. Golos est également à l’origine d’une carte interactive du pays, recensant les fraudes électorales.

D’après Reporters sans frontières, qui note également les arrestations de plusieurs blogueurs et journalistes, ces attaques informatiques, qui ont commencé au début du mois de décembre, se sont progressivement intensifiées. « Le 4 décembre, la plupart de ces sites sont redevenus consultables, alors que la fermeture des bureaux de vote était imminente en Russie centrale, où résident la majorité des votants », indique Reporters sans frontières.

Ce genre de perturbations n’est toutefois pas nouveau en Russie. LiveJournal avait subi une offensive de grande ampleur au printemps. A cette époque, les soupçons s’étaient concentrés sur des mouvements proches des autorités, comme les jeunesses pro-Poutine Nachi. Le président Dmitri Medvedev avait vivement dénoncé ce procédé.

Le Monde.fr

Commentaire

Cet article nous expose un aspect particulier de la cyberattaque: un outil de contrôle de la population par le pouvoir. En effet, cette arme technologique a été utilisée par l’administration russe dans le but de limiter la contestation du résultat des élections législatives. Les sites internet de journaux ou de candidats de l’opposition ont ainsi été piratés, limitant la contestation de ce que l’on pourrait qualifier de parodie de démocratie. Les nouvelles technologies peuvent donc à la fois menacer le régime en ce sens qu’elles favorisent l’expression de la contestation mais la supériorité technologique des dirigeants permet une inversion de la situation: ces technologies ne servent plus les libertés individuelles mais le contrôle de l’opinion publique.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s